La Conférence des présidents prend ses quartiers Univ' à Nganda

May 03, 2007

L'Initiative pour un Leadership collaboratif et pour la cohésion de l'Etat en R-dCongo, ILCCE en sigle, vient de réussir un coup de maître: délocaliser, pendant une semaine, la vénérable Conférence des Présidents de l'Assemblée Nat. (bureau de l'Assemblée Nat. au grand complet hormis le président Vital Kamerhe en mission à l'étranger, présidents des Groupes parlementaires et présidents des commissions parlementaires), soit - comme les promoteurs l'ont bien indiqué dans le carton d'invitation - les «personnalités clés» de la Chambre basse de la R-dC pour... les remettre en cause et à niveau sur des thèmes portant sur le leadership et la cohésion de l'État.

Du lundi 30 avril au vendredi 4 mai 2007 au centre catholique Nganda, de rutilantes voitures s'y sont données rendez-vous.

UN «THINK THANK»
Le flamboyant MLC Adam Bombole y a été vu lui-même, une semaine durant, au volant de son énorme Mercedes Class G couleur crème, tout comme le fils Mobutu, Philippe-Albert Mobutu Giala. Et d'autres Tryphon Kin-kiey Mulumba, Christophe Lutundula Pen Apala, Egide Ngokoso, Bahati Lukwebo, etc. Les Toyota Land Cruiser grand luxe VX de bien d'honorables Députés Nat., tout comme les Renault noires vitres fumées des membres du bureau ou des Mercedes GL Class X164...

A midi - en réalité 13 heures -, tout comme à la pause café, ils se retrouvaient tous, badge à la ficelle sur le ventre portant un prénom - rien qu'un prénom, pour faire familier -, autour d'un modeste déjeuner ou de quelques limonades et d'un plateau cacahuète...

Le plus important est ailleurs et les Hon. Dép. Nat. savent apprécier: dans l'immense et coquette salle de travail qui fait la réputation du centre Nganda, un homme, ancien envoyé spécial pour les Grands lacs du président démocrate Bill Clinton, Howard Wolpe, qui gouverne un «think thank», qui, à l'époque, avait fait la pluie et le beau temps dans la sous-région, que ne quitte pas une interprète canadienne à qui on donnerait difficilement l'accent: son accent américain est irréprochable, tout comme sa connaissance du Français... De même que son amour pour le pagne de chez nous.

Depuis l'entrée à la Maison Blanche de l'Administration républicaine, «Wopi» - prononcez ainsi - a repris les amphis tout en dirigeant le département Afrique du WWICS, le Woodrow Wilson International Center for Scholars.

Un autre - un Français celui-là et du cru, détenteur néanmoins d'un diplôme belge en philosophie et en droit et d'un doctorat en sciences juridiques de Harvard - Alain Pekar Lempereur, est professeur à l'ESSEC à Paris où il a eu à assurer la direction académique de l'Executive MBA et du séminaire de négociation à l'ENA. Le troisième homme est Michel Noureddine Kassa, ancien responsable d'OCHA en R-dCongo mais aussi un R-dCongolais de la diaspora, John Katunga Murhula, conseiller technique régional pour la consolidation de la paix et de la justice en Afrique de l'Est pour le Catholic Relief Services, CRS de Nairobi.

Licencié de l'Université de Kisangani dont il détient une licence, Murhula a une maîtrise en transformation des conflits de l'Université Eastern Mennonite de Virginie, USA. Soit véritablement du beau monde... pour remettre à niveau ceux sur les épaules de qui pèsent peut-être l'avenir de la démocratie et le futur de ce pays post-conflit.

ECHANGES CONCRETS
S'il s'était trouvé à Kinshasa, Vital Kamerhe se serait peut-être rendu à Nganda, au moins pour le plaisir.

Le «Speaker» avait déjà pris part à une session de cette formation et l'avait appréciée au point de la recommander ardemment à la Conférence des présidents, à ses collaborateurs et aux collaborateurs directs des membres du bureau de l'Assemblée Nat.

Prendre une décision dans une situation de crise, la typologie des tensions à maîtriser en pareil cas, les atouts pour préparer la décision à prendre, l'application de la prise de décision, le développement d'une communication performante, la gestion de réunion et la résolution de problèmes en R-dCongo avec l'outil de quatre quadrants, etc., sont les différents sujets traités - non, vécus - lors de ce séminaire. Pour Michel Noureddine Kassa, coordonnateur de l'ILCCE à Kinshasa, l'objectif général de cette série de sessions est de renforcer les compétences de leadership coopératif des personnalités clefs de l'Assemblée Nat. en favorisant les échanges concrets entre dirigeants politiques, mais aussi par des diagnostics sur les besoins de la R-dCongo et de solutions.

L'atelier porte sur trois phases. La première est une étude des techniques avancées de prise de décisions, d'élaboration de consensus et de communication. La deuxième porte sur une exploration de la gestion de l'intérêt général et des intérêts individuels en environnement complexe.

La troisième phase penche sur une application des techniques avancées de résolution conjointe de problèmes, associée à un plan d'actions. Des tels séminaires ont déjà eu lieu à Harvard, à l'ENA, à l'ESSEC, ainsi qu'à la Commission européenne et dans plusieurs organisations internationales (FAO, OMS, PNUD, UNITAR, etc.).

Même s'ils ont parfois grommelé - protestant d'une occupation trop longue dans une Capitale où même les Députés Nat. vivent au jour le jour et si les gorges de Kinshasa n'ont pas toujours permis l'arrivée à temps au séminaire, ni de réaliser à temps le quorum - la satisfaction paraissait générale après une mise à niveau menée, il faut le dire, au forceps.

ALUNGA MBUWA.
lesoftonline.net 09/05/2007

Experts & Staff